C’est un processus ancestral réalisé par un leveur de manière manuelle qui exige beaucoup de dextérité pour ne pas blesser l’arbre. On débute les écorçages au bout de 25/30 ans de vie du chêne-liège puis tous les 9 ans (la « loi des neuf ans »). Cette opération d’écorçage se dénomme « levée du liège » ; elle a lieu durant la phase la plus active de la croissance de l’écorce du liège ; elle débute mai/juin, et se prolonge jusqu’au mois d’août. L’écorçage est le début du processus qui transforme l’écorce du chêne-liège en tissu végétal. Il consiste à retirer l’écorce extérieure de l’arbre.

L’écorçage est réalisé en cinq étapes : ouvrir, séparer, découper, extraire, enlever le liège du pied, marquage de l’arbre.

Premier écorçage

Le premier écorçage est appelé « démasclage », on obtient un liège de structure irrégulière et très dur, dépourvu d’élasticité, impossible à manipuler et à travailler. On donne à ce liège le nom de « liège vierge » ou « liège male ». Ce liège sert pour les revêtements de sols et murs et en matériau d’isolation.

Second écorçage

Neuf années après le démasclage, au moment du second écorçage, on obtiendra un matériau avec une structure encore irrégulière, moins dur, mais, de qualité moyenne; on appelle le « liège de première reproduction ».

A partir du troisième écorçage

Il aura fallu attendre minimum 43 ans pour obtenir un liège possédant les qualités idéales, pour réaliser du tissu de liège ainsi que des bouchons ; le liège obtenu est appelé « liège de reproduction » ; il présente une structure régulière et une croûte et un ventre lisses. À partir de cette phase et à des intervalles réguliers de 9 années, le chêne-liège est prêt à fournir du liège de qualité pendant environ un siècle et demi.

Période de repos

Après l’écorçage, le liège empilé restera dans les subéraies ou sur des aires spécifiques au sein des usines de transformation. Soumis au soleil et aux intempéries encore 6 à 9 mois. Puis le liège subira plusieurs manipulations pour obtenir le tissu végétal.